Histoire de EdT

Le mouvement Essence du temps (Суть времени, Essence of Time – EOT) est né en 2011, lorsque la Russie s’est retrouvée au seuil d’un coup d’Etat libéral qui pouvait faire basculer le pays dans une guerre civile.
Au cours des années 2010-2012, des millions de citoyens russes étaient collés aux écrans de télévision pour suivre la série d’émissions « Arbitrage du Temps » http://osutivremeni.ru/show_ip et ensuite « Procès Historique » http://osutivremeni.ru/show_sv. Ces émissions consistaient dans un affrontement public de deux positions : de la position néo-libérale/bourgeoise, représentée par Nikolaï Svanidzé et de la position communiste représentée par Sergueï Kurginyan. Le débat touchait à des questions conceptuelles, historiques, philosophiques. Les téléspectateurs devaient voter en direct pour soutenir la position à laquelle ils adhéraient. Le résultat a fait sensation car les gens ont massivement voté du côté communiste. Dans une ambiance globalement antisoviétique qui était omniprésente dans le pays, les gens ont soudain réalisé que la grande majorité partageait les valeurs communistes. Cela a favorisé la polarisation idéologique de la société et la naissance d’une vraie solidarité de masse autour des valeurs soviétiques.
En 2011 Kurginyan a commencé une série de conférences « Essence du temps » diffusée sur Internet. En voici la première émission :

Le mouvement éponyme – Essence du Temps – s’est constitué à base de nombreux retours des spectateurs.
Sergueï Kurginyan était à l’époque directeur du Centre d’analyse et de recherches politiques ECC (Expérimental Creative Center – Экспериментальный Творческий Центр, ЭТЦ). Il continue à diriger ce centre jusqu’à présent mais il n’a pas de parti politique et n’en a jamais eu. Ainsi, le réveil de l’identité soviétique, la conscientisation et la consolidation des forces prosoviétiques ne pouvait s’appuyer que sur le KPRF. Le KPRF de son côté recevait ces résultats avec plaisir et approbation car cela représentait une aide précieuse à Ziuganov avant les présidentielles.
En avril 2011, ECC avec le soutien de EOT a effectué une enquête sociologique sur l’attitude de la société à l’égard des valeurs soviétiques. Le sondage a touché plus de 36000 personnes, chiffre sans précédent, dans les 77 régions de la Russie. 70% environ ont confirmé leur attachement aux idées du pays soviétique http://axio.eot.su/index.html. C’était un coup sérieux porté à la politique de désoviétisation annoncée par le gouvernement de Medvedev.
Au mois d’août 2011, à la date anniversaire de la chute de l’URSS, plus de 3000 membres d’EOT sont sortis dans les rues de leurs villes et petites communes pour prendre en photo des témoignages du délabrement auquel a conduit la Perestroïka. Cette action a débouché sur une exposition « 20 ans sans URSS » qui a été présentée dans toutes les régions de la Russie. L’exposition a montré la régression économique, sociale et culturelle catastrophique dans toutes les républiques d’ex-URSS.

La première manifestation organisée par EOT a eu lieu le 7 novembre 2011:

Très vite les événements lors des élections parlementaires ont commencé à prendre une tournure d’une « révolution de couleur » classique. Les manifestations contre la falsification des élections, dont l’avant-garde était constituée d’oligarques et de libéraux, ont attaqué la légitimité du pouvoir russe en tant que tel, en menant la barque vers la destruction de l’Etat avec une sorte de « perestroïka-2 ».
EOT a été la première organisation à avoir rassemblé un meeting contre ces agissements. Lors de cette manifestation, les participants ont brûlé le symbole de la « révolution blanche » (avatar russe de la « révolution orange ») – le ruban blanc et ont déclaré que le coup d’Etat aux profit de l’oligarchie russe et de l’impérialisme occidental ne passera pas. Les slogans de cette manifestation étaient : « Non à la perestroïka-2 !», « Vive l’URSS 2.0 ! », « Nous sommes pour le contrôle populaire des présidentielles ! », « Contre tous les falsificateurs », « A bas les orangistes » « Oui aux Vorobievy Gory, non au Maïdan libéral », « En finir avec l’époque du pillage libéral », « Oui au combat, non aux émeutes oligarchiques » http://eot.su/node/10425
Ensuite, Kurginyan a été un des organisateurs d’un grand rassemblement sur Poklonnaya Gora (coalition anti-orangiste ; plus de 100 000 personnes qui a réussi d’arrêter l’escalade voulue par les « révolutionnaires ».

Kurginyan y a déclaré que bien qu’il ne soutenait pas la politique de Poutine, la première urgence était de stopper les libéraux et de l’oligarchie en passe de faire un nouveau coup d’Etat comme celui de 1991.
Voici la traduction d’un extrait son discours (https://www.youtube.com/watch?v=o1q-h1O_mgI à partir de 00’30 ») : « Ici sont présents des gens qui sont venus pour dire OUI aux élections honnêtes et NON à la peste orange ! Les gens qui parleront devant vous sur cette scène ont des idées très différentes sur ce qui est le bien du pays. Parmi eux il y a certains qui soutiennent le cours de Vladimir Poutine, d’autres croient que Poutine changera de direction et d’autres encore qui comme moi sont contre la politique de Poutine. Je suis pour le projet rouge, pour l’URSS. Mais pour qu’on puisse se battre pour nos projets il faut que la Russie existe. Notre ennemi veut la détruire. Nous somme contre la peste orange ! »
Ziuganov a donné son accord pour participer au rassemblement, c’est lui qui devait ouvrir ce meeting. Mais au dernier moment il s’est désisté en disant qu’il avait mal à la gorge.
En outre, plusieurs membres haut placés du KPRF, comme Lakeev, Seriogin (KPRF Comité de Moscou) https://www.youtube.com/watch?v=3c9hJPAnvhk ont soutenu les protestations « oranges » sur la place Bolotnaya. Rashkin, Vice président du Comité central du KPRF et le premier secrétaire de Comité de Moscou ont déclaré : « Nous sommes venus au meeting du 4 février pour dire : La Russie sans Poutine ! » http://kprf.ru/actions/102173.html Ziuganov ne s’est pas prononcé clairement à ce sujet.
Par la suite, EOT a continué de s’affirmer comme un mouvement très actif, ce qui a causé le mécontentement d’une partie des élites actuelles. Il en est résulté une campagne de diffamation où EOT était déclaré être tantôt un « projet » de Poutine, tantôt un agent du MOSSAD, de la CIA etc.
Mais cela n’a pas découragé les membres de EOT qui depuis ont organisé des centaines de meetings et d’actions de rue contre la politique libérale du gouvernement, contre la régression sociale, contre la reforme désastreuse de l’Académie des Science Russe, contre la destruction de l’éducation et de la culture, contre la re-écriture et la falsification de l’Histoire, etc.
Sur cette page vous trouverez les actions des cellules d’EOT par régions. http://eot.su/regions
En outre, EOT porte une grande attention à l’éducation de ses membres ainsi qu’aux questions de l’éducation en général. Dans ce but, en août 2013, a été crée une école pour militants. Trois sessions ont été organisées depuis, accueillant à chaque fois plusieurs centaines d’étudiant. Ouverture de la session le 2 janvier 2015 : http://eot.su/node/18222
Rapport de l’école d’été 2014 en photos : http://eot.su/node/17462
Depuis septembre 2012 paraît un journal politique hebdomadaire de EOT qui est distribué sur tout le territoire de l’ex-URSS et dans certains pays de l’ Europe. EOT organise des clubs de discussion, ses dirigeants publient régulièrement des conférences et des émissions (politiques et théoriques) visionnées par des dizaines de milliers de spectateurs. Ses membres participent aux discussions sur différents sujets (politiques, historiques, littéraires, artistiques…), sont très actifs sur Internet en entretenant de nombreux blogs.
EOT a créé une vraie commune à Alexandrovskoe, à 500 km de Moscou, qui travaille pour réhabiliter une usine abandonnée lors de la Perestroïka et pour créer ainsi un paradigme de la future reconstruction du pays. Voici une vidéo d’un concert donné pour les habitants locaux par les communards et les étudiants de l’Ecole :

Après l’attaque de l’impérialisme mondial sur la Russie et l’Ukraine, EOT a mis en place une plate-forme de résistance citoyenne: http://vognebroda.net
Un groupe de volontaires est parti au Donbass pour rejoindre la résistance armée. L’unité EOT au sein de la brigade « Vostok » a fait preuve d’un courage exceptionnel lors de la défense de Saur Mogila et les batailles pour l’aéroport de Donetsk.

Le mouvement Essence du temps réunit des milliers d’activistes, majoritairement jeunes, qui croient en les idéaux communistes, qui augmentent en permanence le niveau de leur éducation et de leur culture, qui sont dévoués à la cause pour laquelle ils militent. Tout cela sort du cadres de l’habituel et suscite souvent la perplexité ou l’appréhension. Les détracteurs ne manquent pas non plus qu’ils soient les adversaires politiques ou ceux qui ont du mal à « digérer » psychologiquement l’existence d’un pareil phénomène. Il n’en reste pas moins que EOT poursuit avec succès son activité et s’impose sur la scène de la vie politique et citoyenne en Russie.